L'AMBLYOPIE

 

L'amblyopie est définie par une acuité visuelle limitée qui peut avoir deux origines : organique et fonctionnelle.

 

  • L’amblyopie organique :
 

C’est une baisse visuelle liée à un obstacle sur la chaîne de transmission des images perçues jusqu’à leur intégration par le cortex visuel. Cela ne préjuge pas de la capacité ou non du cortex visuel à pouvoir interpréter les messages visuels si la cause peut être traitée.

 

Si l’on veut apprécier la part de l’amblyopie organique dans une malvoyance de l’enfant, il faut d’une part se demander ce qu’un adulte verrait avec la même lésion acquise sur un système visuel normal jusque-là. D’autre part réaliser un test thérapeutique de l’amblyopie qui traitera la part fonctionnelle de l’amblyopie et montrera ses limites ; l’amblyopie restante étant alors liée à la lésion organique.

 

 
  • L’amblyopie fonctionnelle :

 

Elle est donc liée à un non-apprentissage visuel par le cortex visuel. Son type, sa profondeur, sa malléabilité varient grandement d’un cas à l’autre.

C’est elle qu'il faudra longuement traiter par occlusion chez l'enfant.

 

Les différents types d'amblyopies fonctionnelles :

 

- L'amblyopie fonctionnelle inhibitrice est un mécanisme de neutralisation antidiplopique efficace retrouvée chez le sujet strabique.  (La diplopie est la perception simultanée de deux images d'un même objet) 

- L'amblyopie fonctionnelle privative à une origine anisométropique qui entraîne un défaut de maturation neuronale.

(L'anisométropie est une différence de réfraction entre les deux yeux) 

- L'amblyopie fonctionnelle bilatérale à une origine amétropique forte. Cette mauvaise expérience visuelle entraîne également un défaut de maturation neuronale. (L'amétropie est un trouble de la réfraction)

 

A 2 ans, mesurée sous cycloplégie, (la cycloplégie est une paralysie médicamenteuse de l'accommodation) les facteurs de risque réfractifs de développement d'un strabisme et/ou d'une amblyopie fonctionnelle sont une hypermétropie > 3,50 ∂ ; une myopie > 1 ∂ ; un cylindre > 1,5, une anisométropie > 1 ∂.

 

 
  • Développement visuel et période critique du développement :

 

La période sensible, ou critique, est une phase au cours de laquelle le fonctionnement du système visuel est particulièrement soumis à la qualité de l’expérience visuelle du nourrisson. Celle-ci dépend à son tour de la transparence des milieux optiques de l’œil, de la netteté de l’image sur la rétine, de l’harmonie de la motricité oculaire et de la richesse des stimulations dont bénéficie l’enfant dans son contexte culturel.

La période durant laquelle le système visuel est sensible à une perturbation de la qualité de l’image commence vraisemblablement vers l’âge de 6 mois, s’achève vers 5 ou 7 ans, avec un maximum de sensibilité entre 6 et 18 mois.

Ces données incitent à prendre en charge les anomalies visuelles dans cette tranche d’âge où, si la restriction de l’expérience visuelle fait courir un risque majeur d’amblyopie, la physiologie du système est aisément modifiable par la mise en place d'un traitement adéquat.

 

 

Sources :

Strabologie - Approches diagnostique et thérapeutique - 2e édition - Edition Elsevier Masson

L'amblyopie - Cahiers de Sensorio-Motricité - XXXIIe Colloque (2007) - FNRO.net